Logo Naitways

Différence PRA/PCA : Comprendre les éléments qui assurent la résilience de votre entreprise 

Vous demandez-vous quelle est la différence entre PCA et PRA ? Le Plan de Continuité des Activités (PCA) englobe les mesures visant à ...
2 minutes de lecture
Sommaire

Le Plan de Continuité d’Activité (PCA) et le Plan de Reprise d’Activité (PRA) sont deux concepts qui peuvent sembler similaires. Cependant, il existe plus d’une différence entre le PCA et le PRA. Alors que le PCA consiste à maintenir le bon fonctionnement de l’activité globale d’une entreprise pendant et après un incident, le PRA se concentre plutôt sur les conditions de reprise de l’activité suite à un arrêt. Bien que ces deux pratiques soient étroitement liées, il peut être utile de les distinguer.

Qu’est-ce qu’un PCA ? Définition et éléments clés

Vous demandez-vous quelle est la différence entre PCA et PRA ? Le Plan de Continuité des Activités (PCA) englobe les mesures visant à maintenir et à poursuivre les opérations d’une entreprise face à d’éventuelles menaces. En général, il s’agit de ses opérations informatiques.

En ce sens, le PCA définit en amont les risques susceptibles d’affecter les activités de l’entreprise. Il peut s’agir de catastrophes naturelles, de cyberattaques ou de fraudes. Ensuite, il met en place des solutions de protection et des mesures d’atténuation des risques identifiés, ainsi que des procédures de test pour vérifier leur efficacité.

Qu’est-ce qu’un PRA ? Définition et éléments clés

Le Plan de Reprise d’Activité (PRA) se donne pour objectif de restaurer rapidement le système informatique d’une entreprise en cas de sinistre. Son but est de réduire au minimum le temp d’arrêt d’activité tout en préservant l’accès aux infrastructures informatiques et aux applications essentielles.

Pour cela, le PRA se basera sur deux éléments clés :
• Le RPO (Recovery Point Objective)
• Le RTO (Recovery Time Objective)

Le RPO détermine le volume de données qu’une entreprise peut se résoudre à perdre entre deux sauvegardes. Cela équivaut-il à un historique de travail de 10 minutes, ou de 10 heures ? Cette donnée influence la fréquence des sauvegardes nécessaires à l’activité de la société. Il est à noter que ces enregistrements peuvent constituer des répliques d’environnements virtualisés ou cloud.

Quant au RTO, il définit la période d’indisponibilité acceptable pour l’entreprise. Il détermine le temps nécessaire pour que le système d’information soit à nouveau accessible après une panne d’activité.

Différences entre PRA et PCA

Fondamentalement, les différences entre le PCA et le PRA résident dans le temps nécessaire pour la récupération ou le rapatriement des données. Dans le cadre d’un PRA, il y aura toujours un certain laps de temps entre l’incident et la reprise des activités. Par contre, un PCA assure une continuité du service sans interruption, même en cas d’incidents.

Approche et objectifs

Dans les détails, le PRA a pour objectif principal de garantir une réaction efficace face à un sinistre ou une situation d’urgence impactant les systèmes d’information. Parallèlement, il s’efforce de minimiser les impacts sur l’activité de l’entreprise.

Quant au PCA, il vise à déterminer les opérations et les risques critiques de sorte à pouvoir proposer un plan de maintien d’activités et à mettre en place une haute disponibilité du système informatique.

Focus sur les activités et les données

PCA et PRA prennent en compte une multitude d’incidents imprévisibles, tels que les cyberattaques, les erreurs humaines ou les catastrophes naturelles telles que les inondations. Ils visent chacun à permettre à l’entreprise de fonctionner aussi normalement que possible dans ces situations. Mais dans la praticité, leur mode opératoire diffère. Le PCA se base sur une prévention des risques de perte de données. Le PRA repose quant à lui sur une récupération des données après sinistre.

Gestion des risques

Le PRA et le PCA visent tous deux à réduire les conséquences d’une atteinte au système informatique de l’entreprise. Par contre, une différence entre PCA et PRA est que le PCA assure la continuité sans interruption de l’activité en identifiant au préalable les risques pouvant affecter le système. Il peut ainsi anticiper tout arrêt opérationnel. Le PRA offre, lui, une récupération rapide après un sinistre informatique dans un délai d’arrêt d’activité tolérable.

Pourquoi mettre en place un PRA ou un PCA ?

L’interruption d’activité d’une entreprise peut engendrer des conséquences financières, une atteinte à la réputation et des problèmes juridiques en cas de non-respect des obligations contractuelles. Ce qui explique en quoi il est intéressant de déceler toutes les différences entre PCA et PRA pour savoir quel plan de protection convient le mieux à son activité.

Avantages et inconvénients du PCA

Le Plan de Continuité d’Activité (PCA) présente plusieurs avantages :

  • Anticipation et prévention des crises internes et externes
  • Réaction rapide et efficace en cas de crise
  • Mise en place d’une culture de prévention des risques et d’une communication de crise bien préparée
  • Reprise rapide des activités malgré les sinistres et conséquences limitées

Cependant, cette formule présente aussi des écueils. S’il est créé uniquement à titre honorifique, il perd de son efficacité. Il doit être régulièrement mis à jour et réévalué pour rester pertinent. De plus, sa mise en place peut être coûteuse.

Avantages et inconvénients du PRA

Le PRA présente également plusieurs avantages. Il permet une relance rapide des opérations, évitant ainsi les conséquences néfastes sur la notoriété et la valeur financière de l’entreprise. De plus, il prévient les risques juridiques liés à l’interruption prolongée et à la non-conformité aux obligations réglementaires et contractuelles (RGPD).

Cependant, la mise en place d’un PRA implique des coûts, bien qu’ils soient rentabilisés par les dommages évités.

Vous avez un besoin spécifique ?

Je contacte un expert Naitways

PRA ou PCA : que faut-il choisir ?

Comme il est difficile de voir venir les accidents ou incidents, il faut pouvoir les anticiper afin de minimiser leurs impacts sur l’activité de l’entreprise. Appliquer un PCA ou un PRA peut être pertinent en ce sens. Cependant, faut-il encore savoir lesquels de ces deux plans mettre en place.

Facteurs de décision

Pour trancher, il faut se poser les bonnes questions en tenant compte de chaque différence entre PCA et PRA.

L’entreprise peut-elle encaisser un arrêt d’activité ?

  • Si oui, un PRA peut convenir. Il faudra alors définir la marge de pertes de données acceptable pour l’entreprise (RPO). Il est aussi utile de calculer le temps minimum tolérable jusqu’à la reprise d’activité (RTO).
  • Si non, optez alors pour le PCA : il offre une haute disponibilité de votre système d’information (RTO et RPO équivalant à zéro).

Évaluation des besoins de l’entreprise

En considérant chaque différence entre PCA et PRA, il faudra évaluer les besoins de l’entreprise en réalisant un audit des procédures opératoires et en créant un cahier des charges fonctionnel. Cela permettra d’établir un modèle de gestion et de gouvernance, d’instiguer des tests en conditions réelles et de faire évoluer le plan adopté.

En conclusion, grâce aux PRA et PCA, vous pouvez garantir la continuité du service et du système informatique, assurant ainsi le bon fonctionnement de votre entreprise. Ces plans permettent d’anticiper les incidents potentiels, de mettre en place des sauvegardes, des plans de continuité et des plans de secours informatique. La création d’une cellule de crise facilite la reprise automatique et assure la continuité des activités.